Bernabot épisode 13

Vendredi 8 Janvier 2010.

8 heures du matin, Bernard ouvre les yeux. « Ho putain, je suis pas mort ! » s’exclama-t-il en bondissant de joie, réveillant le coq qui allait réveiller le reste du village. Dans la foulée il réveilla sa femme « Ho putain, elle est pas morte ! » s’exclama-t-il, mettant fin à sa joie. Ce matin il prit un petit-déjeuner plus léger en retirant le café de sa préparation pastis-café. Puis il sautilla gaiement jusqu’au commissariat, malgré fait que sa femme soit encore là, cette journée serait sous le signe de la bonne humeur pour Bernabot. Seulement, en arrivant au commissariat, il ne trouva personne. Pour Gertrude, c’était normal, mais George n’était pas là, et ce n’était pas normal, depuis les 25 ans qu’il travaille ici, il est toujours arrivé au poste à 8 heures 50 sans aucune exception. Il tenta alors également de contacter Gertrude, mais celle-ci ne répondait pas non plus « Ho merde, il aurait fallu qu’elle me dise au moins où elle a garé la voiture, si elle est morte je là retrouverai jamais. » se disait-il. Bernabot se faisait beaucoup de soucis, la télé refusait de s’allumer, pourtant tout était branché, les piles dans la télécommande viennent d’être changées… « Putain, déjà que je suis seul, si en plus y a pas la télé, je vais vraiment ma faire chier, je préférerai presque écouter ma femme raconter ses vacances, mais j’en suis pas encore là non plus. ». Puis, enfin, à 9 heures 25 il entend la porte du commissariat s’ouvrir. Il vit George entrer.

-Mon téléphone a pas sonné ce matin ; dit-il ; c’est pour ça que je suis en retard.

-Téléphone… Vous voulez dire votre réveil, ou votre femme ?

-Non non, mon téléphone, d’habitude tous les matins à 8 heures je reçois un appel du parti communiste de Panet depuis 30 ans.

-Du parti communiste ? Pourquoi ça ?

-Ho c’est tout con, mon nom de famille c’est Buffet, du coup tous les matins ils m’appellent en pensant téléphoner à Marie-Georges-Buffet. Du coup avec mon nom ça porte à confusion. Sinon Gertrude va bien ? il y a eu un autre meurtre ?

-J’en sais foutrement rien, j’ai tenté d’appeler Gertrude mais ça répondait pas, on va réessayer.

Bernard prit le téléphone et composa le numéro.

-Allô Gertrude ? Dit Bernard.

-Allô Bernard ! Dit Gertrude.

-Gertrude ! S’exclama Bernard.

-Bernard ! S’exclama Gertrude.

-George ! S’exclama George qui voulait entrer dans la conversation.

-Comment va ma voiture ? Demanda Bernard.

-Bien, elle est en sécurité, dans le parking de l’hôtel.

-Ok, vous êtes prête pour l’émission de ce soir ?

-3 lettres : O U I

-Vous savez à quelle heure c’est ?

-Le compte est bon : 16 heures.

-Est-ce que vous savez ce que c’est l’autocollant à l’arrière de ma voiture avec un A rouge dedans ?

-Voyelle.

-Il faut attendre quoi déjà pour savoir si il y a eu un nouveau meurtre ?

-Qu’on sonne.

-Ok Gertrude, vous êtes prête, n’oubliez pas, je veux Romejko vivant !

Bernard raccrocha le téléphone et se mit à attendre un coup de fil qui signalera un nouveau meurtre. Pour faire passer le temps George exposa à Bernard son idée de machine qu’il voudrait breveter, c’est une machine à café standard, sauf qu’au lieu de distribuer du café, thé chocolat… Elle distribuerait des gobelets de boissons alcoolisés. Bernard était fasciné par cette idée, jusqu’à ce qu’une sonnerie vienne interrompre leur conversation…

A suivre…

Episode précédent || Liste des épisodes || Episode suivant

Tagged with: ,
Publié dans Bernabot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

derniers trucs
Catégories
%d blogueurs aiment cette page :