Bernabot épisode 16

Samedi 9 Janvier 2010.

Après une soirée très arrosée, je dirais même une soirée inondée, submergée, une soirée Atlantide qui a fait se retrouver Gertrude au fin fond des abysses, elle reprit le volant. En conduisant elle se dit « J’aurais pas du boire autant, je tiens pas l’alcool, rien qu’avec une bouteille et demi de cognac je commence à voir double ». Romejko était toujours dans le coffre, mais il s’était réveillé, totalement paniqué.

A 50 kilomètres seulement de Mont-Poisson, vers les 5 heures du matin, un élan traverse la route, et il a oublié de regarder à droite et à gauche. Gertrude qui avait ses réflexes ralentis à cause de l’effet de l’alcool cherchait la pédale de frein, 500 mètres après avoir dépassé l’élan elle enclencha le frein à main, car elle hésitait entre 6 pédales, quand on voit double c’est pas facile de prendre une décision, en encore on a de la chance, elle aurait pu tenter de freiner avec le levier de vitesse. C’est ainsi qu’elle fit un double 360 sur elle-même avant de faire 8 tonneaux et de terminer sa course bloquée par la forêt qui borde la route…

A 9 heures George et Bernard arrivèrent au poste ensemble, pas de voiture garée devant, et Gertrude n’était pas là non plus, George se tourna vers Bernard qui lui dit « Je suis sûr qu’elle a niqué ma voiture cette connasse ! ». George semblait nerveux, il ne buvait plus trop en ce moment. Ils continuèrent de distiller leur alcool maison dans la cave en attendant le retour de Gertrude auquel Bernard ne croyait plus. Midi sonnait, ils allèrent déjeuner, et toujours pas de Gertrude à l’horizon, en revanche encore aucun appel signalant un meurtre, à croire que Romejko était vraiment le tueur… Est-ce possible qu’une bande d’ivrognes incompétents aient arrêtés le véritable coupable ? Peut-être, toujours est-il que Bernabot appela le « laboratoire » pour avoir les résultats des analyses sur la fameuse cuillère.

-J’espère que vous avez des bonnes nouvelles pour moi, je viens de perdre ma voiture, alors annoncez moi une bonne nouvelle ! S’exclame Bernabot.

-J’ai essayé de chercher des empruntes digitales sur la cuillère mais c’est super dur en fait, j’ai réussi à en avoir sur un bout de scotch comme ils font dans les films, sauf que je savais pas quoi en faire après, alors j’ai cherché autre chose, et tenez vous bien, j’ai trouvé une piste très intéressante. J’ai longuement observé a cuillère, et j’ai vu qu’elle dessinait un creux, et c’est hyper pratique pour manger de la purée ou des yaourts, alors je me suis dit, qui peut bien acheter cet objet ? J’ai fait des recherches, et en fait tout le monde en a, mais ce qui a de plus intéressant, c’est que dessus il y a gravé en tout petit  »inox », et je suis quasiment sûr que c’est le tueur qui a fait graver son nom sur son arme, j’ai cherché sur les cuillères inox et j’ai trouvé 300 000 000 de résultats, on peut être sûr à 100 % que le tueur est dedans, donc si c’est Romejko, et que son surnom de tueur c’est inox, alors on a une preuve en béton !

-Bien joué, dès que tu as trouvé une concordance appelle moi, ça le fera pâlir quand il passera devant le juge.

Bernard et George se mirent à table, Bernard raconta son exploit de retrouver le tueur à l’aide de la cuillère, mais George ne semblait pas se réjouir pour autant, il avait l’air assez préoccupé depuis le départ de Gertrude, et plus particulièrement depuis ce matin… Bernard le voyait, mais il ne savait pas pourquoi George se comportait ainsi.

Il est maintenant 22 heures et toujours aucun signe de vie ni de Gertrude, ni de Romejko, mais aussi et surtout de la regrettée voiture de Bernard qui lui manquait beaucoup ! Mais, à quelques kilomètres d’ici, Gertrude qui était restée inconsciente toute la journée se réveilla enfin. Elle n’était pas morte suite à l’accident qu’elle venait de subir. Elle essayait de se dégager du véhicule tant bien que mal, elle avait du mal à se lever, un mélange de gueule de bois et de s’être pris le volant dans la tête une dizaine de fois. Puis elle eut une vision d’horreur, la voiture de Bernard était détruite, à l’envers au milieu de la forêt, c’était certain, elle ne roulera plus jamais, le moteur était dispersé sur plusieurs mètres, les vitres brisées, les portes envolés, les roues disparues, et le coffre… Ouvert ! Romejko n’y était plus…

A suivre…

Episode précédent || Liste des épisodes || Episode suivant

Tagged with: ,
Publié dans Bernabot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

derniers trucs
Catégories
%d blogueurs aiment cette page :