Metallica – Les années 80

Ici nous allons nous intéresser à ce que nous appellerons le début du groupe, il regroupe 4 albums majeurs et je ne parlerai pas des lives et autres démos sans fins qu’ils ont sortis avec un James Hetfield beaucoup trop jeune :

James, tu rangeras ta chambre quand tu auras fini de jouer avec ton groupe! Et trouve un prof de batterie pour Lars!

James, tu rangeras ta chambre quand tu auras fini de jouer avec ton groupe! Et trouve un prof de batterie pour Lars!

Parlons sans plus attendre du groupe, bon, au début il y a eu des petits changements de guitariste, bassiste, chanteur… Mais mon opinion là dessus c’est qu’on s’en branle, vous jouez dans un groupe vous prenez un chanteur, il est nul vous le virez au bout de 3 mois, c’est juste une anecdote dont on se fout, donc on va parler du quatuor principal originel, James Hetfield donc, le cerveau du groupe à la guitare rythmique et au chant ainsi qu’à l’écriture/composition, Kirk Hammet, la main du groupe (et accessoirement sa chevelure) que nous appellerons Kir Camette parce que c’est beaucoup plus amusant, Cliff Burton, les jambes (la seule métaphore qui me vient vis à vis de la basse) et enfin Ulrich Lars, batteur et que nous désignerons comme la bite du groupe. Voilà, les présentations sont faites, si j’ai un petit mot à dire au sujet de ces gens, retenez ça :
-Hetfield : Un gars tout à fait honnête, bon compositeur, on a vu mieux comme chanteur, mais on a vu pire, il remplie très bien son boulot et c’est lui tout seul qui représente le groupe le membre essentiel (bien plus que la bite… Euh, pardon).
-Camette : comme son nom l’indique un camé… qui fait des solos… Voilà, mais on aura l’occasion d’en reparler.
-Burton : Ben comme il est mort et qu’il a une impressionnante communauté de fans qui considère que le groupe est mort avec lui… Pas facile de dire grand choses dessus, je connais quasiment rien sur lui à part que c’est le troisième guitariste du groupe…
-Lars : On va éviter le sujet pour rester plus calme.

Tuer tout le monde, c'était la le but de ce disque

Tuer tout le monde, c’était la le but de ce disque

Bien, il est l’heure de s’attaquer à Kill em All que nous appellerons KEM car c’est beaucoup plus amusant. C’est le premier véritable disque du groupe, et comme beaucoup de premier album, il y a toujours des gens pour dire que c’est la base, et que le groupe doit toujours faire ce style, et que, par conséquent aucun album ne pourra surpasser le premier… C’est débile hein, mais il y a vraiment des gens pour penser ça, d’autant plus que, selon moi, c’est le pire album de toute leur carrière (j’avoue je ne compte pas Lulu), ça va faire crisser les oreilles de certains, mais ce sont les miennes qui crissent à l’entente de cet interminable disque composé de riffs en cordes à vide 95% du temps, d’un tempo qui bouge quasiment jamais et des structures de morceaux ultra scolaires, et bim. Bon, je vais essayer de développer un peu plus sur les morceaux, on commence avec hit the light, il faut le reconnaître c’est pas mal, ça va assez vite c’est efficace, mais au milieu du morceau il y a comment dire ?… Un solo, oui vous savez le solo de hit the light, le premier de la première chanson du premier album qui dure super longtemps… Je qualifierai ce solo de solo d’exposition, il n’est pas mauvais, il est même plutôt bon, mais je l’appelle ainsi car c’est le modèle de tous les solos de Kir Camette, il y a certains plans que vous entendrez sur d’autres albums à l’identique, la vitesse, le style et la gamme sont les mêmes à chaque fois, en gros une fois que vous avez entendu ce solo vous savez à quoi vous attendre pour la suite… Notons que Kir Camette est le seul guitariste qui avec le temps n’a pas augmenté son niveau, mais a même régressé, en témoigne le dernier album en date à l’heure ou sort cette chronique : Death Magnetic.
Ensuite the four horsemen qui vaudra un surnom pour le groupe, à savoir les quatre cavaliers, ou le four des hommes-chevaux au choix. Ca pourrait être pas mal, il y a un certain groove mais ça reste quand même assez cliché par moments et il y a ce que vous entendrez sur tout le reste de l’album : des cordes à vide à outrance le tout parsemé de quelques accords de 2 notes et des transitions qui se font avec les mêmes notes à chaque fois, le tout avec un schéma beaucoup trop  »scolaire » avec couplet-refrain-couplet-refrain-solo-couplet-refrain le tout avec des transitions faiblement inspirées qui visiblement ne servent qu’à dire  »hey regardez on joue 4 notes un peu plus aiguës, nous passons donc du couplet vers le refrain » tous ces passages sont formatés pour être répétés 2 fois ou 4, maintenant que j’ai dit ça j’ai pas besoin de parler des autres morceaux vu que ça s’applique à tout l’album, et c’est vraiment très long à écouter. Bon, comme j’ai que ça à faire on va dire que Motorbreath ça passe et Whiplash aussi, tout le reste c’est de la merde que vous oublierez le temps d’écouter l’intro du morceau suivant qui ressemblera forcement à un autre passage de l’album tellement c’est peu diversifié. Mention spéciale à Anesthesia et Seek & destroy, mention spéciale chiant en tout cas, parce que, excusez moi, mais le solo de basse avec un son dégelasse pendant 4 minutes qui ressemble à un échauffement des doigts ça me casse un peu les couilles. Pour seek & destroy c’est juste ultra chiant, ça dure 7 minutes c’est le deuxième morceau le plus long et il est tellement vide qu’ils auraient pu se contenter de faire 3 minutes dessus et encore c’est le maximum, l’intro est beaucoup trop longue, surtout quand on sait qu’elle revient au milieu et surtout ce putain de riff interminable avec toujours la même note et juste 3 notes différentes à la fin pour revenir au début de la mesure, puis un pré-refrain inutile et le refrain, le seul truc qui peu avoir de l’intérêt en live, sachant qu’encore une fois le solo est long et sans intérêt. Bon, j’ai détruit la mythologie autour de cet album qui est l’un des plus surestimés de tous les temps, passons à la suite.

Chevaucher des éclairs est une activité très dangereuse et réalisée par des professionnels, ne faites pas ça chez vous

Chevaucher des éclairs est une activité très dangereuse et réalisée par des professionnels, ne faites pas ça chez vous

Ride the lightning est l’album suivant et putain, c’est mieux, c’est beaucoup mieux, c’est même très bien, malheureusement c’est justement trop bien… Mais on y reviendra quand on parlera des autres albums…
Bien, commençons, l’album s’ouvre avec fight fire with fire, un de mes morceaux préférés, c’est rapide, juste ce qu’il faut de technique, et même si le couplet sonne un peu comme un chant de supporter ça reste un morceau ultra efficace avec un refrain qui fait son effet et amen, un solo que je zappe pas quand je l’écoute, et ce passage mélodique vraiment beau avec les deux guitares harmonisées, tout va très vite, ça s’enchaîne fluidement, fini les  »je joue 4 fois la même mesure super longue qui contient 2 notes avant de passer à la partie suivante » enfin ça sonne naturel. Ensuite vient l’éponyme pas le meilleur morceau, mais un morceau pas dégueu du tout avec encore une fois un solo plutôt bon de monsieur Camette, bon par contre je parlerai très peu des paroles au cour de ce dossier, elles sont franchement pas terribles pour la majorité, elles sont là juste pour qu’il y ait du chant, mais on se passera de traduction et d’énumérer la richesse des thèmes abordés… Ensuite vient for whom the bell tolls, un hit du groupe auquel je n’accroche pas du tout mais tant pis laissons les considération personnelles de côté. Je passe à fade to black qui vient incorporer une nouvelle facette au groupe, le côté calme, ça donne une  »semi-ballade » vraiment chouette, aucune partie n’est mauvaise, l’acoustique est sympa et entre coupée par de brefs passages en disto qui font office de refrain instrumental et la fin un peu plus metal est excellente, même les solos sont cools, en bref je dirais que c’est le meilleur morceau de l’album. Je passe rapidement sur les morceaux suivants qui n’ont pas trop d’intérêt surtout Trapped under ice qui est un peu le foutoir, Escape rappelle trop le premier album et creeping death que les gens apprécient sûrement à cause du break au milieu (je vois pas trop ce qu’il y a d’autre à en tirer), et enfin the call of ktulu, le nouveau morceau instrumental de metallica même si on pourrait le considérer comme le premier parce que Anesthesia… Enfin bon, ce morceau fait partie des meilleurs de l’album et est très bien dosé, l’intro présente tour à tour 3 thèmes à la guitare clean qui font une atmosphère vraiment spéciale dont certains seront repris en version électrique dans la partie suivante, la basse se libère totalement de son carcan rythmique pour faire quelque chose d’original et réussi (oui les deux ne vont pas forcement ensemble). Le tout surplombé par un solo pas trop mal et une fin qui ressemble à une intro, à vrai dire la première fois que j’ai écouté l’album en 85 je pensais que l’album suivant commencerait sur les notes de la fin de cet album… Non je déconne j’étais pas né en 85.

Cherchez les différences... C'est difficile hein?

Cherchez les différences… C’est difficile hein?

Et c’est ainsi que 2 ans après leur deuxième opus, le troisième album voit le jour, master of puppets, considéré par la majorité comme le meilleur album du groupe, il est dans le top 10 de très nombreux classements d’albums de metal et occupe souvent la première place, et d’un côté c’est mérité, c’est un bon album, meilleur que le précédent, mais… Bon, souvenez vous, j’ai introduit ride the lightning en disant que malheureusement c’était mieux que le précédent, et bien avec le succès apporté par l’album je soupçonne le groupe de s’être dit  »tiens, ça a pas mal marché, et si on essayais de ressortir exactement le même album ça serait cool non ? » et devant une telle évidence je suis surpris que peu de gens face le rapprochement, cet album pue le plagiat à des kilomètres, certes ils recopient leur propre musique, mais tout de même, là c’est vraiment frappant et pas subtile ! Bon, ok vous me croyez pas, on commence par la pochette, celle de KEM est très différente de celle de RTL (j’adore cet acronyme), et dans la discographie du groupe il y a rarement 2 pochettes qui se ressemblent à l’exception de load et re-load où c’est fait exprès, alors pourquoi non de dieu on a le droit à un remix de la pochette du précédent album ? Ils se sont tellement pas fait chier que le logo est à la même place, le titre de l’album aussi, sur RTL on a une pochette assez sombre dominée par des couleurs froides avec au centre l’élément qui représente l’album il est associé à la mort et le logo du groupe est relié au bas de la pochette par des traits assez fins qui ne sont autre que les lightnings, les éclairs du titre de l’album… Maintenant MOP, la pochette est plus lumineuse et dominée par des couleurs chaudes avec au centre l’élément qui représente l’album, il est associé à la mort et le logo du groupe est relié au bas de la pochette par des traits assez fins qui ne sont autres que les cordes des puppets, les marionnettes du titre de l’album. Même le nom des deux albums contiennent 3 mots tous les deux, alors oui vous pourriez me dire que c’est sûrement un style qui doit représenter l’univers du groupe, un peu comme le fait iron maiden, mais cette ressemblance ne figure qu’entre ces deux albums, donc c’est pas valable, je suis désolé, mais rien qu’avec la pochette ça sent le réchauffé, et si vous ne me croyez toujours pas on passe à la musique…
Tiens tiens, l’album commence avec un morceau assez rapide et thrash introduit par de la guitare acoustique… Je me demande si c’est une coïncidence que l’album précédent bénéficie de la même ouverture ? Ensuite qu’avons nous ? Ho tiens, le morceau éponyme qui vient en deuxième position, c’est étonnant, ça fait encore un point commun entre ces deux disques. Bon, je passe le morceau for whom bell tolls… Euh, the thing that should not be, autant pour moi, pour passer directement à la quatrième piste, vous savez, le morceau qui est une semi ballade dont la première partie est calme, contient deux solos et est entre coupée par des passages un peu plus heavy et une seconde partie qui est plus thrash et qui… Bon on a compris fade to black=welcome home. Bon pour pas changer les bonnes habitudes il faut un morceau instrumental, mais il peut pas durer 4 minutes, oui voilà il faut qu’il face la même durée que l’instrumental de RTL à 30 secondes près, mais cette fois pour changer on va pas le mettre à la fin on va le mettre en avant dernier. Non mais sans déconner, 8 morceaux sur les deux albums, une structure identique, même les pochettes se ressemblent, c’est évident que si RTL n’avait pas existé alors il n’y aurait pas eu de master of puppets, je ne vais pas reprocher à metallica de faire ça, c’est même une idée intéressante, imaginez un groupe qui sorte à chaque album des morceaux aux caractéristiques identiques, ça pourrait être un concept, mais je le redis, ils n’ont fait ça que sur ces 2 albums (un peu justice aussi, mais c’est justement plus mesuré) du coup moi ce que je comprends c’est que MOP est une mise à jour de RTL pour surfer sur son succès, la moitié du travail était déjà faite et c’est pour ça que l’album est aussi bon, c’est parce qu’ils n’ont eu qu’à se focaliser sur les riffs, les structures des morceaux sont déjà écrites, je vais pas plus loin dans l’analyse, mais je suis sûr qu’en comparant vraiment l’écriture de chaque morceau des 2 albums on pourrait faire des parallèles vraiment saisissants. Bon, je donne quand même mon avis, welcome home est le meilleur morceau du groupe de la période des années 80 pour moi il n’y a pas de doute, Orion fait office de meilleur instrumental et se démarque bien des autres morceaux. Master of puppets est très bon, mais un poil trop long, ils ont d’ailleurs la bonne idée de le raccourcir un peu en live. Disosable Heroes est un long morceau de thrash qui fait bien mal et qui est assez éprouvant à écouter, et ce n’est pas péjoratif, il y a une certaine tension. Le reste de l’album m’a nettement moins marqué mais n’est pas mauvais pour autant.

Certains affirment que c'est la même statue qui sera réutilisée pour la pochette de Lulu

Certains affirment que c’est la même statue qui sera réutilisée pour la pochette de Lulu

Attaquons maintenant le dernier album de cette décennie, et pas n’importe lequel puisqu’il s’agit de …And justice for all, disque qui a faillis ne jamais voir le jour puisque le bassiste a quitté le groupe en prenant littéralement le bus. Nous entrons alors dans l’ère Newsted, un bassiste que finalement les gens ne détestent pas trop mais dont l’avis à son sujet est quasiment unanime sur le fait que Cliff Burton était meilleur… Je suis désolé, je le fais pas exprès pour être chiant, mais le meilleur bassiste de Metallica ça a été Newsted… Aussi ça serait beaucoup plus simple si les gens n’avaient pas la folie du line-up originel, c’est vide de sens, en gros on préfère un musicien parce qu’il était là avant, pas parce qu’il joue mieux où qu’il apporte du nouveau dans le groupe, surtout qu’on parle d’un instrument au rôle insignifiant, la basse, qui s’intéresse à la basse ??
Lancer une émeute autour de Cliff Burton et la basse : fait.
Ok alors pour cet album on retrouve une fois de plus l’éponyme en piste 2, la semi ballade à la quatrième position et le morceau instrumental à la fin, mais là je m’en fous, pour la simple raison qu’ils n’ont pas essayé de faire un copier collé, ça fait partie de leur processus d’écriture, et le fait que si les morceaux sont agencés de cette façon relève plus du gimmick que de la motivation de pomper à nouveau la structure de RTL. L’album est très riche et complexe à appréhender, les morceaux sont toujours fidèles à une construction simple du type couplet-refrain, mais les mesures, les riffs et les changements sont assez complexes pour la plupart, l’album est excellent, le meilleur sorti dans les années 80 à mon sens, c’est le réel aboutissement de tout leur travail mêlé à une envie forte de rendre hommage à leur ancien bassiste, le seul défaut, qui est en fait un énorme défaut c’est le son dégelasse de l’album, la production est vraiment mauvaise, on entend pas beaucoup la basse, les guitares sont froides et la batterie… beurk, ça rend l’album plus difficile d’accès encore mais ça lui donne encore plus ce côté ravagé et ça montre que le son ne fait pas tout et que même avec une qualité pas terrible des bons morceaux conservent leur impact (prenez ça dans la gueule les productions ultra massives qu’on nous pond aujourd’hui). Je tiens à préciser qu’une version remixée de l’album est disponible sur youtube, et bordel de merde la basse écrase tout sur son passage ! Comment regretter Burton avec ça ?
Je ne vais pas vraiment analyser l’album, tous les morceaux sont bons, énervés, bien écrits, même les paroles sont les meilleures des 4 albums, on est très loin du premier album, voyez le progrès fait ils n’ont cessé de s’améliorer au fil des albums, comment dire que c’était mieux avant ? Des fois je suis sidéré par l’avis des gens, mais ça pourrait être pire, certains pourraient penser que pendant les années 90 Metallica n’a sorti que de la merde et… Hein ?!

Autres pages relatives au dossier:

SommaireLes années 90Les années 2000Le bilan

Tagged with: , , ,
Publié dans dossier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

derniers trucs
Catégories
%d blogueurs aiment cette page :