Les élections de 2017

A une semaine de la date fatidique des élections, je me permets d’écrire ce petit billet dans lequel je vais revenir sur les différents candidats, histoire que chacun en prenne pour son grade et voir qu’en somme on a le choix entre la peste et le choléra.

Jean Luc Mélenchon :

« Insoumis, suivez-moi ! »

 

Il aura fallu attendre que JLM ouvre une chaîne youtube pour qu’il puisse rivaliser avec les gros candidats plus ‘’classiques’’. Il a su s’adresser aux jeunes (sur la forme et sur le fond en utilisant des idées et termes qui plaisent à une jeunesse qui s’éloigne de la vie politique), et ils lui ont offert en retour une ascension assez remarquable.

Bon, je ne vous cacherai pas que son beau programme et son avancée pour la France, j’y crois pas trop, comme tous les autres auparavant, il va devoir s’incliner face à l’Europe et l’économie mondiale, comme si nos politiques avaient encore un soupçon d’influence… Donc c’est bien beau de proposer plus de participation et de citoyenneté et un recours au référendum (ce sur quoi la cinquième république a été vendue et adoptée), si, comme en 2005, on revient sur un référendum parce que l’Europe l’impose, ou plus récemment la loi El Khomri dont personne ne voulait, mais qui est en grande partie l’œuvre de l’Europe, donc avant de revenir dessus, bonne chance et les petits frères d’El Khomri sont déjà en gestation.

Pour ce qui est de son efficacité, j’ai donc des doutes, et c’est aussi le cas pour ses intentions, changer son discours et son programme par rapport à ce que disent les personnes qui le suivent, c’est de la démagogie ou un véritable élan démocratique ?

De toute façon, la république a tout à y gagner, l’important c’est que les gens votent, et tant qu’il y a un candidat porteur d’espoir, où les personnes se disent « on sait jamais, dans le doute vaut mieux voter pour lui, plutôt que de ne pas voter », alors le système actuel ne bougera pas d’un poil, parce que le système idéal que présente Mélenchon ne peut pas arriver par la voie des urnes et la « révolution institutionnelle » (deux mots qui n’ont rien à faire ensemble au passage) n’est qu’un nuage de fumée pour rendre docile ceux qui auraient dû être les insoumis. Mélenchon s’inscrit donc en catalyseur, plutôt que les gens se révoltent et exigent un nouveau système, c’est mieux de leur offrir un candidat pour exprimer leur mécontentement dans les urnes plutôt que dans les rues, et s’il n’est pas élu, on pourra le ressortir aux prochaines élections, pas la peine de trouver un autre candidat pour endosser ce rôle, de conduire les jeunes et les révoltés politiques dans les bureaux de votes. Parce qu’après tout, une révolution citoyenne, elle doit attendre bien sagement pendant cinq ans qu’elle puisse déposer son bulletin de vote dans l’urne, non ?

Je le répète, jamais une révolution ne s’est faite par le vote. Un mouvement populaire, s’il est mené par un seul homme, ne va pas dans le sens du peuple. Et être insoumis n’a jamais signifié de se ranger derrière une personne. Peut-être le moins pire des candidats sur les idées, mais dramatique dans ce qu’il représente, la révolution n’est plus une affaire du peuple, mais de dirigeants…

Benoît Hamon :

« Votez pour moi SVP »

Bon, après le gros morceau de JLM, les autres sont plus faciles à traiter. Hamon c’est la plus pure figure du PS, le type a de belles idées qu’il ne comprend pas lui-même, afin de séduire l’électorat un peu progressiste, comme le revenu de base, idée qui passe entre les mains de philosophes et économistes depuis plusieurs centaines d’années, et qui va servir de cache misère pour les chômeurs et travailleurs précaires. Hamon est en tout point un clone de Hollande, il a des idées sympas qu’il ne pourra pas appliquer et mènera la même politique que son prédécesseur.

Il est amusant de constater en plus de tout ça, que son parti lui a tourné le dos pour se ranger derrière Macron (démontrant une fois de plus que ce parti n’a rien de socialiste), parce que le résultat de la primaire ne leur a pas convenu, et cette primaire, parlons-en, ne serait-elle pas une sorte de troisième tour ? Où on laisse aux gens la possibilité de choisir qui participera à l’élection (parmi un choix des plus classiques toutefois), pour finalement ne pas voter pour lui. D’ailleurs ce phénomène permet de relancer la démocratie, regardez, vous pouvez choisir qui représentera votre parti à la prochaine élection ! On a eu ça aussi à droite, mais également sur la primaire.org, dont la candidate désignée, n’arrivera pas jusqu’à la présidentielle, et pour la prochaine élection, ce site va juste servir à nommer une autre personne d’influence ou un entrepreneur qui aura finalement le même profil que tous les autres.

Macron :

« En marche… Arrière. »

 

Emmanuel Macron, l’homme qui modernisait l’économie en la faisant revenir cent ans dans le passé, désormais c’est facile de travailler de nuit et le dimanche, mais c’est pour le bien être de notre économie ! Et tant qu’on est sur la loi Macron, elle détient un certain nombre de mesures qui avantagent les entreprises plus que les salariés (plafonner les indemnités de licenciement, permettre de cibler le licenciement collectif sur une zone géographique…).

Mais derrière le PROJEEEeeEeeEEeT se cache une politique qui va dans ce sens, le bonhomme sort du monde de la finance, et son entrée au gouvernement ‘’socialiste’’ de Hollande reste un mystère, mais il arrive à fédérer la droite, la gauche, et les médias, sans vraiment de programme et d’idées qui vont plus loin que ‘’ba, faut aider les entreprises, comme ça elles aident les travailleurs’’. Evidemment, donnons des fusils aux gazelles, ça les aidera à se défendre contre les lions.

Marine :

« Le système anti système ! »

 

Le front national est sur deux front, son côté rebelle anti système pour chopper les électeurs qui savent pas ce qu’ils veulent mais qui veulent juste que ça change (ceux qui ont fait grimper les scores du parti), et ceux qui veulent fermer la France parce qu’il y a déjà trop de sales étrangers (ceux dont on entend parler, et dont on nous fait croire qu’ils sont majoritaires).

Le FN est une poubelle politique, puisqu’il rattrape juste les personnes qui ne veulent pas voter pour les autres candidats, et c’est assez net quand on voit ce tableau où on se rend compte que le second choix des électeurs du FN se porte vers un candidat tout ce qui a de plus classique issu du système, et un candidat qui a priori, prône tout l’inverse du FN, si ça c’est pas signe que les électeurs du FN sont perdus et loin d’être des menaces…

Fillon :

« Je suis une victime, mais pas un fragile »

 

Heureusement qu’on est dans un climat de crise et qu’il y a du chômage, sinon FF aurait déjà disparu de cette campagne. Mais comme la France va dans le mur et qu’il est le seul à pouvoir prendre des mesures fortes, il garde quand même sa notoriété dans les sondages. Sauf que ça fait 40 ans qu’on va dans le mur, donc soit le mur est lui aussi en train d’avancer, soit il n’y a pas vraiment de mur. D’ailleurs quand il y a un mur je suis plutôt tenté de m’arrêter, relancer l’économie et la croissance ça ne revient pas à aller plus vite dans le mur, non ??

Blague à part, notre président de la punchline est le vrai danger de cette histoire, et non pas le FN comme on serait tenté de le croire, parce que lui, il a une chance de pouvoir appliquer ses idées, et ses idées, elles ont pas grand choses de différent de celles de marine, et elles sont souvent pires, vous avez qu’à faire une soirée blind test où vous piochez à l’aveugle des mesures de François et de Marine et vous devez deviner à qui elles correspondent, vous allez voir que l’extrême droite est plus modérée que ce qu’on pense. Rire et bonne humeur assurée !

Les autres petits candidats :

« On sera pas élus mdr »

 

La démocratie en 2017 : t’es dans un resto avec une carte où t’as plein de choix, mais on te dit qu’il n’y a que 3 ou 4 plats que tu pourras commander, et à la fin, tu te rends compte que, peu importe ce que t’as choisi, on te sert la même assiette, y a juste la sauce qui change. A quoi ça sert d’avoir une carte alors ? Personne n’aime aller dans un resto et ne pas avoir le choix, qu’il n’y ait qu’un seul plat, donc on créé un choix artificiel. Finalement la meilleure solution ça serait de nous faire à bouffer nous-même, mais les cuisiniers vont nous dire que non, c’est trop compliqué et seuls eux peuvent préparer à manger et savent ce qui est bon pour nous. Et à chaque repas, on à nouveau la même carte, avec quelques plats différents pour qu’on continue de la lire et de choisir le plat le moins pire. La solution, c’est pas de changer de plats ou de cuisiniers, c’est d’arrêter de bouffer la merde qu’on nous prépare et faire notre propre cuisine… Le restaurant offre une métaphore beaucoup trop bien sur laquelle je pourrais continuer longtemps, mais je vais m’arrêter là !

En complément, une vidéo dans laquelle j’entre dans le détail de notre démocratie et j’évoque un candidat supplémentaire : l’abstentionnisme.

PS : Je terminerai sur une dernière touche amère, c’est que, pour moi, l’électorat de Mélenchon et du FN, est à peu de choses prêt constitué des mêmes personnes. Je m’explique : la grande majorité des personnes qui soutiennent ces candidats veulent juste voir du changement, et espèrent que des élus officient ce changement à leur place. Les personnes qui veulent juste voir la fin du système politique actuel n’ont qu’à se ranger derrière la figure qui leur parle le plus, chacun dans des extrêmes, l’un plus progressiste, et l’autre résolument traditionnaliste, mais tous deux se basant sur le peuple pour fonder leur nouveau gouvernement. Alors qu’on ne me dise plus que les électeurs du front national ne sont composés que de racistes et fascistes en puissance, car, si c’est le cas, pourquoi demander une sixième république qui fasse plus souvent appel au peuple et au référendum, si ceux-ci peuvent être accessibles à 30% de citoyens racistes, alors que l’assemblée nationale actuelle réduit ce chiffre à 1% ? Pour moi les électeurs qui se sont fait endoctriner par le programme de Marine Lepen reflètent le même espoir que derrière Mélenchon, avec des valeurs certes plus humanistes, mais la nature des propos des électeurs envers leur candidat sont les mêmes.

Publié dans buzz, la société

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

derniers trucs
Catégories
%d blogueurs aiment cette page :