Commentaire d’Anoia

Comme à mon habitude j’étais dans ma chambre, occupé à ne pas enregistrer le commentaire audio d’anoia, quand soudain mes muscles se sont tendus et j’ai été pris d’une envie incontrôlable, mon corps est tombé au sol et je n’ai pas le temps de dire « Jeanne, au secours ! » que je me suis retrouvé en PLS. La raison est bien simple, mes notifications facebook de ces derniers jours ne parlaient plus que de ça « Dommage que tu ne fasses pas le commentaire sur anoia ». Voilà 6 jours que je n’en dors plus. Voici donc une version rapide de ce qu’il faut savoir sur anoia :

Pourquoi Anoia comme titre ?

C’est joli.

 

Combien de temps ça t’a pris ?

Un peu plus d’un an mais parce que j’ai vraiment rien branlé. A la base c’était pour m’entraîner à faire de la musique de film, certains morceaux sont des ‘’essais’’ pour expérimenter certaines choses (c’est flagrant sur violence et âme je trouve). En gros, un morceau c’est une semaine de boulot grand maximum, parfois moins, comme voyage inverse qui s’est fait en une journée. Finalement le plus long c’était le mixage, parce que c’est chiant, mon matériel est pourrit et je suis une merde dans ce domaine.

 

Ca raconte quelque chose en particulier ?

C’est une descente dans le subconscient humain, pour toucher à la folie qu’il y a en chacun d’entre nous mais qui est cachée, refoulée par les codes que la société met en place. Il y a des gens qui pensent que l’humain est fondamentalement bon, mais qu’il est corrompu par la société qui le pousse à agir cruellement, moi je pense l’inverse, on a tous le potentiel pour être des monstres et c’est la société qui nous en empêche. Au-delà de ça, j’ai essayé d’assurer une cohérence entre les morceaux, je savais qu’ils finiraient tous sur le même album, mais je leur ai donné un sens après coup, ce qui fait que c’est pas aussi structuré que ce que j’ai pu faire sur mémoire vive (un album que j’ai fait avant mais qui n’est pas encore sorti mdr).

 

La voix qui revient à plusieurs moments, elle a une signification ?

2001 : l’odyssée de l’espace, scène de la désactivation de Hal. C’est une scène assez puissante qui contient suffisamment peu d’ambiance sonore pour que je puisse l’utiliser dans son intégralité. Et en plus ça s’accorde vachement avec l’ambiance de l’album je trouve. Mais c’est un truc que j’ai décidé de rajouter à la fin, la musique ne s’articule pas autour de cette scène, c’est l’inverse (c’est à dire que Kubrick a pensé son film pour qu’il colle avec l’ambiance d’anoia).

 

C’est quoi tes influences ?

Question ultra chiante qu’on me pose souvent et à laquelle je sais jamais quoi répondre, parce que j’ai pas vraiment d’influences, j’écoute assez peu de musique et j’essaie pas de reproduire ce que j’écoute, et la musique que je fais c’est pas forcément celle que j’ai envie d’écouter. Pour moi la musique c’est une façon de créer de la narration sans mots, et je cherche avant tout à faire ressentir des choses et trouver des structures plutôt que de chercher une musicalité et des mélodies. Au final quand je fais de la musique je cherche pas à faire de la musique et c’est ce qui fait que pas mal de monde a du mal avec ce que je fais.

 

Le meilleur passage de l’album selon toi, créateur tout puissant ?

J’ai pas fait l’album du siècle, mais il y a un passage dont je suis vraiment content, c’est sur le morceau qui s’appelle reflet (celui que j’ai composé en dernier, je trouve que ça s’entend), il y a une intro un peu sale et brutale et un peu plus loin le même thème revient au piano (effet de miroir, reflet, artiste engagé, tout ça), et entre ces deux parties, il y a un passage un peu bruitiste, pour moi c’est le meilleur truc que j’ai fait sur cet album, ça dure à peu près une minute. D’ailleurs en parlant d’influences, la référence que j’avais pour l’ambiance que je voulais installer, c’était Luigi nono, un compositeur complètement ouf qui a fait une œuvre qui s’intitule ‘’La lontanaza Nostalgica Utopica Futura’’ que j’adore et qui est une pièce complètement incroyable (je vous laisse deviner la nationalité du bonhomme).

 

La pochette.

Mais c’est même pas une question ça ! Bon, si on parle de la pochette, c’est une toile signée Rainbow White. L’image originale est beaucoup plus claire, il y a du blanc, le rouge semble rose par endroit, mais j’ai décidé d’appliquer à l’image le même traitement que pour le son, à savoir le distordre pour lui donner un effet qui ait plus d’impact sur l’ambiance. La pochette est donc une photographie de cette toile, mais avec une lumière par derrière qui modifie les couleurs, et donne ce rendu presque surnaturel qui modifie l’image de base, tout comme les nombreux effets que j’ai appliqué aux instruments pour transformer complètement leur timbre.

 

Si vous êtes arrivé jusqu’ici sans avoir écouté l’album… C’est très bizarre, m’enfin c’est écoutable et téléchargeable gratuitement ici.

Publié dans musique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

derniers trucs
Catégories
%d blogueurs aiment cette page :